Inondations

Les Vétérinaires-Urgentistes sécurité Civile (VUSC) au secours des animaux piégés par les inondations



Depuis ce jeudi 15 juillet, la Faculté de Médecine vétérinaire de l’ULiège et la Clinique Vétérinaire Universitaire (CVU) ont mis en place une cellule spécifique pour venir en aide aux animaux piégés par les fortes inondations qui ont touché la Province de Liège.

C

ette cellule composée de Vétérinaires-Urgentistes pour la Sécurité Civile (VUSC) formés en médecine vétérinaire de catastrophe, ainsi que des cliniciens de la CVU, étudiants vétérinaires, ASV et autres experts ont collaboré avec la protection civile, les pompiers et la police dès les premiers moments de crise. Leurs interventions ont consisté à gérer 3 des 5 missions principales des VUSC, à savoir l’animal-sauveteur, l’animal-victime, et l’animal-danger.

Animal-Sauveteur

Les interventions portaient dans un premier temps sur l'appui des équipes cynotechniques (chiens pisteurs ou Rescue Dogs) des Pompiers/Protection Civile, spécialement entrainés pour venir en aide à la population et repérer les individus piégés dans les décombres. Lors de cette phase, le rôle des vétérinaires urgentistes consistait aussi à assurer la sécurité, la santé et le bien-être de ces animaux (prévention des risques de coup de chaleur, soins des éventuels traumas sur le terrain…).

Animal-Victime

Toujours dans la première phase, les pompiers ne donnant pas priorité au sauvetage animalier (les vies humaines avant tout et c’est compréhensible) et les dangers étant encore trop grands sur le terrain, les VUSC ont donc fait le tour des centres d’hébergement afin d’offrir aux sinistrés des soins vétérinaires pour leurs animaux d’une part, et s’enquérir du sort de leur animal s’il était resté sur site d’autre part. En parallèle, la CVU a libéré de la place dans ses cliniques (petits et grands animaux) afin de soigner et/ou héberger des animaux dont le propriétaire est connu ou inconnu.

À ce titre, les cliniciens de la CVU (internes, assistants, professeurs, étudiants, ASV, techniciens,...) ont donné de leur temps sans compter pour édifier ce refuge de fortune dans la clinique, gérer les appels téléphoniques, soigner les animaux jour et nuit, trouver des familles d'accueil pour les animaux, gérer les dons, et bien d'autres choses, en plus de leur travail quotidien.

L’organisation d’un dispatching s’est faite afin de recenser toutes les aides et dons possibles et ainsi reloger des animaux perdus, non identifiés ou dont le propriétaire était décédé. Beaucoup d’animaux ont ainsi pu être recueillis, soignés et décontaminés à la Clinique Vétérinaire Universitaire, avant d’être pris en charge par des associations et refuges partenaires. De nombreux vétérinaires et étudiants en médecine vétérinaire ont également apporté leur aide afin de fortifier les équipes.Dans un second temps, quand les conditions de terrain se sont montrées moins dangereuses, les équipes de VUSC et vétérinaires de la CVU ont sillonné les rues dévastées afin d’offrir de l’aide aux animaux et personnes et recueillir des animaux errants ou morts.

En effet, la gestion des cadavres est impérative dans ce genre de crise si on ne veut pas ajouter aux dégâts matériels un drame sanitaire. Actuellement, les Animals Rescue Team (Pompiers) de la Province prennent cet aspect en charge.

Un numéro de téléphone (04 242 75 10) a été mis en place pour permettre à la population de signaler les animaux en difficulté ou n’ayant malheureusement pas survécu à cette catastrophe sans précédent. Ce numéro est disponible en journée. Pour les réelles urgences (animal-victime, animal danger), il faut composer le 112 qui enverra une équipe de pompiers spécialisés dans le sauvetage animalier, avec si possible un VUSC.

Animal-Danger

Ce sont les animaux errants menaçants, par exemple empêchant l’accès à une victime, entravant le travail des services de secours, ou perturbant la circulation routière. Les VUSC peuvent neutraliser en toute sécurité ces animaux, sans leur faire de mal.

Grâce à cette initiative, plusieurs animaux d’élevage, une vingtaine d’animaux de compagnie, et d’autres espèces telles que castor, héron, tortues et même…des poissons de bassin (carpe Koï) ont pu être sauvés des eaux et replacés.
Le Prof. Hugues Guyot (CVU-ULiège), vétérinaire coordinateur des VUSC, témoigne de son expérience sur le terrain H24 depuis jeudi dernier :

“Nous faisons face à une catastrophe sans précédent, nos cours de médecine de catastrophe ont beau être poussés, vivre cette situation les deux pieds dans la boue vous fait relativiser toute chose. La détresse est omniprésente, tant dans le regard des femmes et des hommes rescapés, que dans les yeux des animaux. En tant que VUSC, il était tout naturel d’être présent pour aider la population à surmonter ce fardeau. Certaines situations ont été particulièrement frustrantes. En effet, les victimes humaines et animales étaient toutes proches, mais le danger nous interdisait de pouvoir y accéder et les sauver. Un sauveteur mort ne sert plus à grand-chose… Et puis parfois, les lésions sont telles (encore un exemple ce matin, avec un chat hypotherme qui avait inhalé de l’eau sale…qu’il a fallu euthanasier sur place), qu’abréger les souffrances de l’animal reste la seule option acceptable. Nous essayons au mieux de garantir le bien-être de ces animaux. Mais dans d’autres cas, nous sauvons des chiens, des chats, des chevaux, des vaches, un castor, des tortues… et même s’ils sont peu nombreux, cela nous donne un fabuleux élan d’espoir et de bonheur. Un petit rayon de soleil qui éclaircit le ciel tout gris de notre catastrophe… La force de notre service est le travail en équipe. Seul, c’est impossible, mais la collaboration extraordinaire de tous les VUSC, des vétérinaires de la CVU, des infrastructures de la faculté de médecine vétérinaire ULiège et des services de secours (Pompiers, Protection Civile, Police) nous permet de faire des miracles avec peu de moyens. Si nous pouvons voir un sourire réconforté sur le visage des gens ou un regard apaisé des animaux, nous avons gagné notre journée.”

Afin d’assurer toutes les interventions de ces prochains jours, gérer les nombreux dons (qui font chaud au coeur) ainsi que les démarches administratives pour replacer les animaux, la cellule est actuellement en train de constituer une équipe en renfort de plusieurs bénévoles afin d’apporter une aide administrative.

Des vétérinaires urgentistes au secours des animaux piégés par les inondations (RTBF 20/07/21)

 

Partagez cette news