Défense de thèse

Défense de thèse Caroline Kruse


Info

Dates
21 mai 2024
Location
Faculté de Médecine vétérinaire - Amphithéâtre C - Th. Auguste Thiernesse (B45 - route 18)
Avenue de Cureghem, 4
4000 Liège
Schedule
16h

Le mardi 21 mai 2024, Madame Caroline KRUSE soutiendra publiquement une thèse de doctorat intitulée "Myopathie atypique équine : vers une thérapie ciblée" en vue de l'obtention du grade de Doctorat en Sciences Vétérinaires.

 

Amphithéâtre C - Th. Auguste Thiernesse, Faculté de Médecine Vétérinaire - 16h

 

Résumé :

Certains arbres de la famille des Sapindaceae contiennent des protoxines responsables d’empoisonnements chez diverses espèces. Chez les équidés, l'ingestion de samares et de plantules de l'érable sycomore (Acer pseudoplatanus) présente un risque de myopathie atypique. Ce risque d'intoxication existe également pour d’autres espèces, en particulier pour les animaux gardés dans des enclos où la pression toxique est élevée en raison de la présence importante d'érables toxiques à proximité, comme dans certains parcs zoologiques. Des cas d’intoxication à l'érable sycomore ont été confirmés chez des cerfs du Père David, des chameaux et plus récemment chez des gnous. Ces protoxines ont également été associées à des maladies humaines telles que le syndrome du vomissement jamaïcain de ou plus récemment à une encéphalopathie hypoglycémique aiguë.

Cette intoxication se caractérise par une perturbation du métabolisme énergétique induisant, chez les équidés, une myopathie aiguë affectant divers muscles, y compris le myocarde, et cette intoxication est fatale dans la majorité des cas malgré les traitements de soutien mis en œuvre. Cette thèse vise à développer des outils pour découvrir de nouvelles thérapies afin de lutter contre cette maladie.

À cette fin, une vaste étude protéomique sans marquage a été entreprise pour mieux comprendre les mécanismes à l'origine des dommages induits par les toxines et identifier des biomarqueurs de la maladie. Deux études subséquentes ont été réalisées dans le but de développer un modèle in vitro de myopathie atypique équine en utilisant des myoblastes squelettiques équins, puis en utilisant des lignées cellulaires immortalisées pour assurer la reproductibilité du modèle in vitro nécessaire au dépistage à grande échelle de molécules thérapeutiques.

Ces études ont mis en lumière les mécanismes sous-jacents à la myopathie atypique, identifié des biomarqueurs diagnostiques et des voies thérapeutiques potentielles, et validé un modèle in vitro permettant un criblage à haut débit de molécules thérapeutiques, ouvrant ainsi la voie à de nouvelles possibilités thérapeutiques.

 

Composition du jury de thèse :

Promotrice : Tatiana ART    

Promotrice 2 : Dominique VOTION

Membres du comité :  Fabien ECTORS, Ange MOUITHYS-MICKALAD

Membres du jury : Gaby VAN GALEN (Université de Sydney), Benoît MUYLKENS (UNamur), Hélène AMORY, Didier SERTEYN, Laurent GILLET, Dominique CASSART

Share this event